Rechercher dans ce blog

Chargement...

jeudi 26 février 2015

Avec l'Arrondi, Microdon veut encourager la générosité

Microdon a créé l'Arrondi, dispositif de solidarité embarquée qui permet aux Français de faire des micro-dons à des associations humanitaires.


Comme souvent, c'est parti d'une expérience à l'étranger. C'est au Mexique que Pierre-Emmanuel Grange, président co-fondateur de Microdon, découvre il y a 6 ans le principe de l'arrondi en caisse. Totalement séduit, il décide de le mettre en place à son retour en France. Franprix est la première enseigne à le proposer dans ses magasins. 335 d'entre eux sont désormais concernés, dont 30 en Rhône-Alpes depuis mars 2014. Les dons sont intégralement reversés au fonds de dotation Réflexe solidaire, qui se charge de les distribuer aux associations partenaires. Ici, la Croix Rouge française et le Secours populaire. Le but : financer des actions de solidarité locale.


Le principe est simple : une fonction spéciale de la caisse arrondit à l'euro supérieur (ou au montant souhaité par le client s'il veut verser plus). Ainsi, si vos courses vous coûtent 14.67€, vous pouvez décider d'arrondir la facture à 15€ et de faire don des 33 centimes. Afin de les reverser aux associations, le montant est automatiquement isolé dans un compte à part et ne rentre jamais dans le chiffre d'affaires du magasin. Jean-Paul Mochet, directeur de l’enseigne, se réjouit du programme.

Dès le début du projet, le personnel de l’enseigne, au siège comme en magasins, a été impliqué et s’est rapidement motivé pour participer à la réussite de l’arrondi en caisse. C’est une grande fierté pour tous nos collaborateurs de faire partie de l’enseigne pionnière d’une initiative solidaire d’une telle ampleur. 


Une fonction spéciale de la caisse arrondit le montant des courses à l'euro supérieur / Franprix


Franprix s'est complètement investie dans la promotion de l'initiative, avec une communication importante auprès des clients.

Nous avons accompagné Microdon lors du lancement de l'initiative quand ils ont communiqué auprès des médias, en recevant des reportages en magasins par exemple. Sinon, nous avons développé des affichages en magasins et documents d'information remis en caisse aux clients pour les informer de la démarche. Et nous mettons en place des actions régulières en magasins avec les bénévoles des associations qui parlent de leurs actions et invitent les clients à faire l'arrondi en caisse.  200 000 euros ont été récoltés en 2014 à l'échelle nationale.

Franprix a beaucoup communiqué auprès de ses clients / Franprix

Franprix va plus loin et proposera cette année un autre dispositif, cette fois-ci à ses salariés du siège : l'arrondi sur salaire. L'employé décide de micro-dons sur son net à payer et l'employeur double le montant. Via une plateforme en ligne, le salarié peut moduler ce don, choisir l'association bénéficiaire, télécharger son reçu fiscal ou encore suivre les projets réalisés grâce à son don. Pour l'employeur, différents services y sont associés : gestion et information, partenariats avec les gestionnaires de paie, accompagnement juridique et fiscal, conseils en communication responsable et solidaire... Ce qui permet de faire du don sur salaire un outil facile à mettre en œuvre, y compris pour les entreprises souhaitant engager une première démarche de responsabilité sociale.

A l'échelle nationale, une vingtaine d'entreprises comme la Française des Jeux, NYSE Euronext, Eutelsat ou Soregor sont engagées dans le dispositif. Né il y a 25 ans en Angleterre, ce qu'on appelle là-bas le "payroll giving" permet de récolter 107 millions de livres sterling et 4 milliards de dollars aux Etats-Unis chaque année.

Microdon propose également l'arrondi lors d'achats en ligne (AllôResto est le premier e-marchand à le proposer depuis novembre 2013) ou sur le solde bancaire avec BNP Paribas. Le but est donc d'intégrer ses petits dons dans les actes de la vie courante des consommateurs pour les rendre plus faciles. Pierre-Emmanuel Gange explique :

Les pratiques des consommateurs sont également directement impactées. Avec l’Arrondi, le don petit mais fréquent devient possible. C’est un outil adapté, moderne, facile et sûr qui permettra de maintenir l’acte de générosité en France, voire de l’inscrire dans le quotidien des consommateurs.

L'ensemble de ces outils a permis de financer divers programmes de solidarité : petites actions de proximité avec les antennes locales de la Croix-Rouge française et du Secours populaire français ( maraudes, enseignement du français, soutien aux personnes âgées), maintien dans l'emploi grâce au micro- crédit, lutte contre le handicap ou la précarité.

Inscrit pleinement dans le mouvement de l'économie sociale et solidaire, le modèle économique et de gouvernance de Microdon se veut différent. L'entreprise se rémunère uniquement sur les services proposés aux entreprises et collectivités pour la mise en place de l'arrondi. Entreprise à but non lucratif, sa finalité est d'abord le bénéfice social. Le fonctionnement implique une participation forte de l'ensemble des salariés, qui élisent leurs dirigeants au sein d'une commission. L'échelle des salaires va de 1 à 5 et 57.5% des excédents sont affectés aux réserves impartageables de l'entreprise. Les investisseurs de Microdon sont par ailleurs des fonds solidaires, comme Equisol ou Innov'ESS.

Dès le mois de mars, Nature et Découvertes sera la seconde enseigne à proposer l'arrondi en caisse dans ses 75 magasins en France. Les dons iront à 56 associations d’intérêt général soutenues par la Fondation Nature & Découvertes et sélectionnées en amont par chacun des magasins.

Microdon ambitionne de faire de l'Arrondi l'une des plus grandes campagnes de générosité en France, qui pourrait récolter 5 à 10 millions d'euros par an.

mercredi 17 décembre 2014

Digischool, leader de l'apprentissage en ligne, se lance dans l'orientation

Après s'être distingué dans le domaine des contenus pédagogiques et de révision sur internet, Digischool, start-up lyonnaise, se lance un nouveau défi : devenir leader sur l'orientation en proposant un portail aux services innovants

800 000 jeunes sont au chômage en France (1), alors que 300 000 postes seront à pourvoir à l’horizon 2015 (2) dans des métiers peu connus ou valorisés, comme les services à la personne. Il y a donc un vrai défi : mettre en adéquation les choix d’orientation des jeunes et les secteurs porteurs. Défi que souhaite relever Digischool, société déjà leader sur les révisions et l’apprentissage. Fondée par Anthony Kuntz et Thierry Debarnot, elle rémunère en effet des enseignants pour rédiger des contenus pédagogiques et les propose gratuitement sur ses sites web, tablette et mobile. 6,5 millions de visiteurs ont été enregistrés en juin 2014, record absolu.

Capture d'écran du site orientation.com avant sa mise en activité/ Digischool

jeudi 11 décembre 2014

SameJob : pour un travail plus proche de votre domicile

Philippe Bouron a créé SameJob, plateforme qui met en relation des salariés qui voudraient échanger leurs postes pour se rapprocher de leur domicile

L'idée trottait dans la tête de Philippe Bouron depuis 20 ans.
De par mon métier, je fais de nombreux déplacements en Ile-de-France. Et j'ai pu constater à quel point beaucoup de personnes vivent loin de leur lieu de travail et font de longs trajets pour s'y rendre.

Les Franciliens font en effet en moyenne 2h20 de trajets par jour. Dans les grandes agglomérations françaises, le temps de trajet domicile-travail a largement augmenté ces dernières années, du fait notamment de l'étalement urbain. Sans compter les prix dans l'immobilier, obligeant à s'éloigner des centres-villes pour trouver moins cher à se loger. D'où l'idée de mettre en relation des salariés qui ont des postes similaires pour les échanger.

Capture d'écran du site internet

mercredi 3 décembre 2014

Un jeu de rôle pour appréhender le monde de l’entreprise

Les élèves de la section Gestion et administration du lycée Barthélémy-Thimonnier de l’Arbresle se mettent dans la peau d’employés d’une entreprise virtuelle

Bienvenue à JusteBio. Meneske et Maëva vous accueillent à votre arrivée dans l’entreprise. Elles vous remettront un badge visiteur et vous guideront vers votre interlocuteur. Au service des ressources humaines, Noëmie et Syrine s’occupent des fiches signalétiques des employés, de leur contrat de travail, puis des fiches de paie. Aux ventes, Raphaëlle, Alexandre et Annah mettent en place le catalogue des produits, répondent aux commandes des clients. Aux achats, Alison, Manon, Ophélie et Charlène prennent contact avec les fournisseurs pour obtenir des devis. Enfin, au service financier, Yasmina aura l’œil sur le règlement des factures et le paiement des fournisseurs.

mercredi 26 novembre 2014

A la découverte du monde troglodyte en Anjou

Recensant la plus grande concentration de caves troglodytes de France, le département du Maine-et-Loire se structure peu à peu autour de ce patrimoine riche et divers
 
Il y a des millions d’années, lorsque la mer s’est retirée, elle a laissé derrière elle des roches en Anjou. Sur les coteaux, le long de la Loire, les caves de tuffeau ont été creusées par l'homme pour exploiter la pierre dans la construction des châteaux. Les galeries ont également servi de refuge pendant les invasions, car elles étaient très difficiles à prendre d’assaut. Le domaine de Brézé présente ainsi tout un réseau bien antérieur à la construction du château de surface. Tout avait été prévu pour y vivre, tout en continuant à exploiter les ressources de la ferme. Par la suite, les paysans ont investi ces caves, faute de moyens de construire en dur. Certaines ont ensuite été reconverties en champignonnières ou caves à vin. On peut ainsi visiter la Cave aux moines, dans les environs de Saumur, qui produit trois variétés de champignons, servis dans son restaurant.

mercredi 2 avril 2014

"Beauté de l'emploi" : les élèves de l'école Peyrefitte aux côtés de chômeurs


Les élèves de l’école d’esthétique Peyrefitte offrent gratuitement leurs services à des demandeurs d’emploi

Lorsque la Maison de l’emploi et de la formation de Lyon a cherché un partenaire esthétique pour accompagner ses bénéficiaires avant un entretien d’embauche, l’école Peyrefitte a tout de suite répondu présente. Laila Malouane, chargée de mission, explique la démarche.

Dans le cadre du Plan local pour l'insertion par l'emploi, nous suivons des demandeurs d'emploi au parcours difficile. Nous avons déjà noué des partenariats pour la coiffure et la tenue vestimentaire, pour leur donner confiance en leur image et améliorer leur présentation. Cette nouvelle collaboration complète le dispositif.

vendredi 14 juin 2013

La BD impro, késako?

Je vous emmène pour un spectacle hors norme et totalement improvisé

C'est à un spectacle insolite que nous conviait jeudi 13 juin le théâtre Comédie Odéon, dans le cadre du Lyon BD festival : une BD impro. De quoi s'agit-il ? D'un spectacle d'improvisation unique en France, où 4 dessinateurs de BD, 6 comédiens et 2 musiciens relèvent le défi de donner vie à une bande dessinée inédite. Inédite parce que les spectateurs choisissent tous les éléments qui la composeront : titre, univers, personnage, genre, ...


Printfriendly

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...