mercredi 8 février 2012

Brumisation : quand l'eau se fait fraîcheur

Tour d'horizon d'un secteur qui ne demande qu'à prendre plus d'ampleur : la brumisation

Dans l’agglomération, la brumisation fait peu à peu son chemin dans les mœurs des restaurateurs et cafetiers. « La brumisation a une mauvaise image, explique Michel Madolini, qui a créé Brumisation Services en 2005. On croit que l’eau qui est projetée mouille. Mais pas du tout ». Même son de cloche chez Olivier Bourdeau, gérant de Brum’Air. « Au début, les restaurateurs n’y étaient pas sensibles. Aujourd’hui, ils sont plus réceptifs, mais ils attendent quelques jours de grosse chaleur avant de s’équiper. »


 Système de brumisation installé par Brumisation service 
au restaurant terrasse Place Bellecour / F. H.

Car cela représente un investissement, selon le type d’installation que l’on choisit. BS Négoce propose ainsi des  ventilateurs sur pieds mobiles ou muraux. « Notre entrée de gamme est à 745 euros, explique le patron, Sénoussi Benturquia. Il dispose d’un réservoir d’eau de 30 litres et 8 heures d’autonomie. » Les deux autres entreprises installent aujourd’hui essentiellement des systèmes de linéaires fixés sur une structure métallique, avec des buses qui évacuent l’eau à très forte pression. Tout dépend du type de site concerné et de la surface à couvrir. Dans les deux cas, cela permet de rafraîchir l’air d’une dizaine de degrés. «La plus-value est indéniable par rapport à une terrasse non équipée, note Olivier Bourdeau. Mais la crise est passée par là. Je comprends qu’il y ait d’autres priorités. » Il remarque ainsi qu’une seule des péniches le long du Rhône est équipée. Par ses soins.

Pour les trois entrepreneurs, l’essentiel de la clientèle n’est pas là. Ils équipent surtout les entreprises. « Pour rafraîchir de grands hangars ou des grandes salles de travail, la brumisation est plus économique et moins gourmande en énergie qu’une climatisation », précise ainsi Michel Madolini. D’autant que, hormis le rafraîchissement, d’autres utilisations sont possibles. Il peut s’agir de neutraliser les odeurs, les insectes ou des particules de poussières en suspension. La grande distribution, avec les rayons fruits et légumes, et l’agriculture font également partie des clients. « L’évènementiel aussi nous sollicite, quand il faut faire des effets spéciaux à partir de vapeur d’eau », raconte Olivier. Bourdeau. Les particuliers ne sont pas en reste. « Ils veulent équiper leur piscine ou leur jardin », remarque Sénoussi Benturquia.

Tous s’accordent pour dire que le Sud est plus porteur que la région lyonnaise et le reste de la France. Mais surtout, ils proposent également des chauffages pour équiper les terrasses l’hiver, et maintenir ainsi leur activité en dehors de la période estivale.

Printfriendly

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...